Marie-Claude di Lillo – Mon premier roadtrip en VR

le 29 Août 2019

 

La journaliste et blogueuse Marie-Claude di Lillo a déjà fait le tour du monde, mais elle n’avait jamais encore expérimenté la vie en VR. Elle a donc accepté avec enthousiasme notre invitation à réaliser son premier roadtrip en VR à l’été 2019. Et pour pimenter cette aventure, elle a parcouru les routes ontariennes en compagnie de son conjoint, de sa belle-fille, de son meilleur ami, d’un bambin d’un an et de sa chienne. Oui, ça fait du monde! Comment a-t-elle vécu ce voyage?

 

Liberté en VR (LVR) : C’était vraiment votre première en VR?

Marie-Claude di Lillo (MCDL) : Oh, oui! Je n’étais même jamais rentrée à l’intérieur d’un VR. Mon caractère nomade m’avait toujours attirée vers ce mode de voyage, mais je n’avais jamais fait le saut avant. Je savais juste qu’on pouvait rouler, manger et dormir grâce aux VR, c’est tout!

 

LVR : Aviez-vous des préjugés avant de l’essayer?

MCDL : Oui, comme beaucoup. Je l’associais à une clientèle plus âgée, retraitée. Je ne croyais pas qu’elle correspondrait à mon mode de vie actif et un peu « princesse». Et je me suis bien trompée! J’ai réalisé que c’est le mode parfait de glamping, qui allie autonomie, confort et fonctionnalité.

 

Crédit photo Marie-Claude di Lillo

 

LVR : Qu’avez-vous découvert?

MCDL : Tous les modèles ne se ressemblent pas, c’est sûr. Mais celui, superbe, fourni par Roulottes Lévesque donne une bonne idée de ce que les VR peuvent offrir aujourd’hui, semble-t-il. Il disposait de beaucoup d’espace avec sa capacité d’agrandissement – nous étions 5, plus un chien, quand même! – de tout le nécessaire pour cuisiner avec son poêle au propane et son frigo dernier cri (plus grand que celui que j’ai chez moi!). J’avais même un lit king dans la chambre principale, incroyable! Et que dire du confort. Les canapés douillets, les sièges de type Lazy boy à l’avant pour le conducteur et son passager, la grande douche capable de loger un bain pour bébé. Et tellement de rangement que j’aurais pu sans problème y loger toute ma garde-robe et de nombreux équipements. Bref, j’ai été estomaquée de découvrir qu’il s’agit vraiment d’une petite maison sur roues, bien loin de l’idée du petit véhicule que je me faisais au départ.

 

LVR : L’extérieur du VR vous a aussi surprise, n’est-ce pas?

MCDL : Oui, tout à fait. Nous disposions déjà de deux télévisions au plasma et d’un air conditionné modulable à l’intérieur, mais nous avons aussi vu qu’à l’extérieur, nous avions un troisième écran au plasma pour profiter du cinéma en plein air, en plus d’un super système de son et d’un auvent qui nous permettait de manger dehors même en cas de pluie. Nous avons adoré ça!

 

Crédit photo Marie-Claude di Lillo

 

LVR : Est-ce que ce type de VR est adapté à tous les voyages?

MCDL : Non, et je l’ai appris un peu sur le tas. Il est magnifique et parfaitement adapté aux besoins d’une famille, mais ce gros modèle ne peut pas circuler partout, et il faut le manœuvrer avec doigté. Les routes trop étroites, les chemins rocailleux comme ceux des vignes que nous visitions en Ontario ne sont pas idéales pour ce genre de véhicule. Il faut aussi tenir compte des campings, qui disposent d’un nombre limité d’espaces pour ces gros VR. La prochaine fois, je prendrais donc soin de bien planifier en avance mon itinéraire, pour éviter des déconvenues potentielles.

 

LVR : Qu’en est-il de son autonomie?

MCDL : Comme nous étions partis en famille et que nous voulions profiter de toutes les fonctionnalités du VR, l’autonomie a été moins longue que nous le pensions. Mais il faut dire que nous utilisions tous les cinq les toilettes et la douche intérieures, en plus de faire notre vaisselle sur place. Il fallait donc aux deux jours nous ravitailler en eau et nous débarrasser des eaux usées. Toutefois, nous avons apprécié le fait d’avoir une génératrice capable de nous alimenter en électricité même lorsque nous étions hors de campings. J’ai d’ailleurs adoré être en mesure de laisser ma chienne au frais dans le VR lorsque je me rendais sur des plages interdites aux animaux. Nous nous sommes vraiment sentis très autonomes et libres,  contrairement à d’autres voyageurs attachés à un hôtel ou à une maison de vacances.

 

Crédit photo Marie-Claude di Lillo

 

LVR : Qu’avez-vous pensé des coûts associés au mode de vie en VR?

MCDL : Encore une fois, tout dépend des besoins. Notre gros modèle consommait beaucoup d’essence, mais il peut tracter une voiture, donc on peut économiser en le laissant au camping et en faisant ses visites avec son véhicule habituel. Grâce à son autonomie, on peut aussi épargner le coût de campings en se stationnant devant certains Walmart ou chez l’habitant, avec sa permission bien entendu. Enfin, le fait qu’il soit complètement équipé permet de préparer ses repas sur place et d’éviter les restaurants. Donc, oui, il faut consacrer un certain budget à l’achat d’un VR, mais si on l’utilise souvent, ce mode de voyage est abordable et nettement plus confortable que le simple camping.

 

LVR : La vie en famille en VR, ça se passe comment?

MCDL : Il est certain qu’il faut apprendre à gérer la promiscuité et avoir l’esprit de convivialité. Le matin, par exemple, je ne pouvais pas aller travailler dans l’espace du salon parce que ma belle-fille et son fils y dormaient. Alors, voici un bon conseil : adaptez-vous au rythme de tous les membres du groupe, ou bien choisissez une formule plus simple en duo!

 

Crédit photo Marie-Claude di Lillo

 

LVR : Au terme de ce voyage, quelles sont vos impressions?
MCDL : Eh bien, même si je ferais certaines choses autrement une prochaine fois, comme choisir un modèle à gazole moins gourmand en essence par exemple, et surtout mieux planifier mon séjour, j’ai vraiment adoré cette première expérience. Et je n’ai pas été la seule à le penser! Mon conjoint a évoqué l’achat d’un VR dans le futur, et tous ceux que nous avons rencontrés sur notre chemin capotaient littéralement sur notre véhicule! Nous avons répondu à des tonnes de questions provenant de familles, mais aussi de professionnels qui y verraient un moyen ambulant de promouvoir leurs produits. C’est clair, le caravaning a la cote en ce moment! Et maintenant, je comprends parfaitement pourquoi. Vive le VR!

Pour suivre les aventures de Marie-Claude di Lillo sur les routes ontariennes au mois de juillet 2019, nous vous invitons à vous rendre sur son site Internet Le carnet de MC et sur sa page Facebook. Vous pouvez aussi cliquer sur son site Internet Le carnet de MC et sur sa page Facebook. Vous pouvez aussi cliquer sur ce Facebook live pour visiter son superbe VR :

Et n’oubliez pas non plus de suivre Liberté en VR sur Facebook et Instagram pour apprendre une tonnes de choses intéressantes, que vous soyez un tout nouveau VRiste ou un adepte de ce mode de vie !

Top